LA MISE A NIVEAU
Imprimer Envoyer

Même si la langue parlée est le français, le Québec n’est pas la France pour autant et son système d’éducation est différent. Il convient de se garder de faire des similitudes entre les formations, les appellations de diplômes, les durées d’études, etc...Le site internet d’Erable Orientation est destiné à vous aider à comprendre comment marche le système.

Pour résumer sans faire de raccourcis trop hatifs, les cours sont donnés en Français mais l'esprit est Nord Américain. Les programmes techniques sont nombreux, valorisés et d'une très bonne côte.

Généralement, on rentre en université au Québec autour de l’âge de 19/20 ans. C’est donc en moyenne 2 ans de plus que pour le système d’éducation Français. Les universités demandent que chaque candidat à l’admission justifie au minimum d’un total de 13 années de scolarité entre le primaire et le secondaire. Or le compte n’y est pas pour un étudiant Français qui ne peut justifier que de 12 années (entre le CP et la Terminale).Toutefois, les ententes "CREPUQ" permettent aux étudiants Français ayant obtenu leur baccalauréat, d'intégrer un programme universitaire. Pour un Québécois, le DEC (Diplôme d'Etudes Collégial) est indispensable pour prétendre à rentrer en université et d’ailleurs, le DEC ne sert qu’à ça (comme le Bac). En revanche, le DecTech (équivalent du BTS) conduit directement au marché du travail et permet aussi d’entrer en université, bien entendu, pour poursuivre dans un programme technique classique (Baccalauréat, Maîtrise (et DESS) puis Doctorat. Contrairement au BTS, la durée d'un programme en DecTech est de 3 ans.

Pour un étudiant Français qui vient d’avoir son Bac (n’importe lequel), l’admission en université au Québec peut alors parfois être conditionnée par l’obligation de suivre au préalable des cours de mise à niveau parfois appelés Propédeutique ou Année préparatoire (rien n'a voir avec les CPGE). Les propédeutiques s’étalent sur une ou deux sessions. Cependant, rien de méchant à ce stade. Il s'agit de considérer les propédeutiques comme des cours très utiles pour s'enrichir et consolider sa base des connaissances avant d'attaquer réellement son programme. L'année préparatoire permet aussi de s'intégrer en douceur dans le programme avant vraiment ''de passer aux choses sérieuses'' !

contactez-nous3

 
  • ECOLE NATIONALE D’AEROTECHNIQUE
    ENA

    L'école Nationale d'Aérotechnique (ENA) est le chef de file en matière de formation en aérospatiale au Québec. D'une capacité de près de 1300 élèves, l'ENA propose 3 grandes formations techniques s'étalant sur un programme d'étude de 3 ans : Techniques de construction aéronautique, Techniques de maintenance d'aéronefs, Techniques d'avionique. L'école est située dans la zone aéroportuaire de St Hubert, tout près de Montréal. Elle dispose de son propre aéro-club grâce auquel chaque étudiant peut apprendre à piloter et passer ses brevets. (photo J.L. Massinon)